Loading color scheme

Retrait d'agrément assistant maternel : conditions de retrait de l'agrément

La seule existence d’une perquisition administrative non spontanément portée à la connaissance de l’administration n’est pas suffisante pour qualifier un manquement aux obligations de déclaration et de notification justifiant le retrait de l’agrément d’une assistante maternelle.

Le Conseil d'Etat a ainsi considéré :

1) D'une part, il résulte des articles L. 421-3, L. 421-6, R. 421-26 et R. 421-38 du code de l'action sociale et des familles (CASF) qu'il incombe au président du conseil départemental de s'assurer que les conditions d'accueil chez l'assistant maternel garantissent la sécurité, la santé et l'épanouissement des enfants accueillis et de procéder au retrait de l'agrément de l'assistant maternel si ces conditions ne sont plus remplies. A cette fin, dans l'hypothèse où il est informé de suspicions de comportements susceptibles de compromettre la santé, la sécurité ou l'épanouissement d'un enfant, de la part du bénéficiaire de l'agrément ou de son entourage, il lui appartient de tenir compte de tous les éléments portés à la connaissance des services compétents du département ou recueillis par eux et de déterminer si ces éléments sont suffisamment établis pour lui permettre raisonnablement de penser que l'enfant est exposé à de tels comportements ou risque de l'être. Par ailleurs, si la légalité d'une décision doit être appréciée à la date à laquelle elle a été prise, il appartient au juge de l'excès de pouvoir de tenir compte, le cas échéant, d'éléments factuels antérieurs à cette date mais révélés postérieurement.

D'autre part, il résulte des termes mêmes de l'article R. 421-26 du CASF qu'un manquement aux obligations de déclaration et de notification incombant à un assistant maternel agréé, notamment l'obligation de déclarer sans délai au président du conseil départemental toute modification des informations relatives à sa situation familiale ou aux personnes vivant à son domicile, ne peut justifier un retrait d'agrément qu'après un avertissement et à la condition qu'il soit grave ou répété.

2) En conséquence, commet une erreur de droit la cour qui, pour juger que le président du conseil départemental était fondé à estimer que les conditions d'accueil proposés par l'intéressé ne garantissaient plus la sécurité des enfants accueillis et à lui retirer son agrément pour ce motif, se fonde sur la seule existence d'une perquisition administrative non spontanément portée à la connaissance de l'administration, en écartant comme dépourvues d'incidence sur la légalité du retrait d'agrément les circonstances qu'aucune poursuite n'avait été engagée à la suite de cette perquisition et que celle-ci s'est déroulée en l'absence des enfants, alors au surplus que l'intéressée disposait d'un agrément depuis dix ans sans avoir jamais fait l'objet d'observations sur son comportement personnel ou ses aptitudes professionnelles, que les garanties de sécurité, de santé ou d'épanouissement des enfants accueillis apportées par les conditions d'accueil des enfants qui lui étaient confiés n'avaient jamais été mises en cause et qu'aucune suite n'a été donnée à la perquisition.

 Pour rappel, si les conditions de l'agrément cessent d'être remplies, le président du conseil général peut, après avis d'une commission consultative paritaire départementale, modifier le contenu de l'agrément ou procéder à son retrait. En cas d'urgence, le président du conseil général peut suspendre l'agrément. Tant que l'agrément reste suspendu, aucun enfant ne peut être confié.

La condition essentielle de cette mesure de retrait étant que l'assistant maternel cesse de remplir les conditions de l'agrément.

Cela recouvre une multitude de cas de figure, allant de la défaillance grave de l'assistant maternel (défaut de surveillance, exposition à des risques graves, négligence) à des faits moins flagrants tels que l'insuffisance de jeux pour l'épanouissement des enfants confiés, des inattentions qui exposent à des risques, des méthodes éducatives pas forcément adaptées aux critères de la PMI, sachant que le respect de l'agrément est examiné au regard d'une nomenclature et donne lieu, malheureusement, à des marges d'appréciation parfois très subjectives.

Nous avons dédié un article faisant un panorama du contentieux du retrait d'agrément des assistants maternels qui vise précisément à exposer, en droit et en pratique, les difficultés qu'engendrent ce contentieux pour les cas les plus subtils.

cf. Contentieux du retrait d'agrément des assistants maternels

Par sa décision du 7 juillet 2021, le Conseil d'Etat fait preuve d'une certaine sagesse dans un cadre jurispruentiel souvent très dur pour les assistants maternels. Le juge administratif tend en effet bien souvent à avaliser les appréciations portées par la PMI.

CE, 7 juillet 2021, n° 440582

Pour toute question relative au retrait d'agrément d'assistant maternel, n'hésitez pas à contacter Me Andrieux : coordonnées et formulaire de contact.