Loading color scheme

Coronavirus - Covid 19 Le Conseil d'Etat annule l'ordonnance du juge des référés de Basse Terre

Par ordonnance du 4 avril 2020, le Conseil d'Etat a annulé l'ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Basse-Terre 

Pour rappel, le tribunal avait été saisi par l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), et avait ordonné, le 27 mars 2020, au centre hospitalier universitaire (CHU) de Guadeloupe et à l’Agence régionale de santé (ARS) de commander des doses d’hydroxychloroquine et d'azythromycine, ainsi que des tests de dépistage en nombre suffisant pour couvrir les besoins présents et à venir de la population de Guadeloupe.

Le CHU et le ministère ont relevé appel auprès du Conseil d’État.
 
Le juge des référés du Conseil d’État a annulé cette ordonnance. Il a rappelé que la prescription de l'hydroxychloroquine, dont l’efficacité contre le Covid-19 n’est pas avérée, est permise, après décision collégiale de professionnels de santé et dans le respect des recommandations du Haut Conseil de la santé publique.

Le juge a observé que le CHU disposait d’un stock suffisant pour la vingtaine de patients bénéficiant déjà de ce traitement, et qu’il avait commandé des doses suffisantes d’hydroxychloroquine et d’azythromycine pour traiter de 200 à 400 éventuels nouveaux patients. Le juge des référés a ainsi estimé qu’il ne pouvait être reproché au CHU et à l’ARS de n’avoir commandé davantage de ces traitements, car ils ne peuvent être administrés qu’à un nombre limité de patients et que plusieurs autres molécules font l’objet d’essais cliniques dont les résultats sont attendus prochainement.


Concernant les tests de dépistage, le juge a relevé que le CHU réalise chaque jour une centaine de « tests PCR », une capacité bientôt augmentée de 180 tests quotidiens, et qu’il dispose d’un stock de 1 500 tests, qui sera complété par 4 000 autres prochainement. En outre, le juge a noté que le CHU, l’institut Pasteur de Guadeloupe et le centre hospitalier Maurice Selbonne avaient commandé 200 tests sérologiques chacun, pour en évaluer la fiabilité dans la perspective de la fin du confinement.

Source : Conseil d'Etat

Article lié relatif à l'ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Basse Terre

N'hésitez pas à contacter Me Andrieux pour toute question relative au droit public : formulaire de contact