Loading color scheme

Fonction publique : harcèlement moral dans la fonction publique, critères d'identification

Le Conseil d'Etat retient, pour qualifier les agissements constitutifs de harcèlement moral, "au regard notamment notamment des témoignages circonstanciés d’agents" et "des constatations opérées à l’occasion d’une enquête administrative interne diligentée par la commune".

Il retient ainsi que l'auteur du harcèlement moral a fait preuve "d’un comportement vindicatif et humiliant à l’égard de l’intéressée, se traduisant par de fréquents propos dévalorisants ainsi que des critiques répétées sur la qualité de son travail, alors pourtant qu’il n’exerçait pas de manière adéquate ses fonctions d’encadrement, soit en s’abstenant de lui donner des consignes pour l’exécution du service, soit en alternant sans justification les ordres et les contre-ordres". 

En outre, après sa réaffectation en octobre 2010 au sein du service du développement durable de la commune, M.A., qui n’était plus alors son supérieur direct, avait de nouveau manifesté à l’égard de Mme B. un comportement vindicatif et humiliant. Pourtant, le maire n’avait adressé à M.A. une lettre lui enjoignant de modifier son attitude que le 20 juin 2011.

Pour le Conseil d’État, ces éléments permettent de caractériser l’existence d’agissements constitutifs de harcèlement moral. Etant observé que le Conseil a par ailleurs, relevé que de son côté, la commune de Chenôve n’avait pas produit d’éléments permettant de considérer les agissements en cause comme justifiés par des considérations étrangères à tout harcèlement moral. 

Ainsi, même si la commune soutient que les agissements imputés à M.A. s’étaient produits sur une période de temps relativement brève, cette circonstance ne fait pas obstacle à ce qu’ils soient qualifiés d’agissements constitutifs de harcèlement moral.

Bonne illustration donc de la méthode utilisée par le juge administratif pour caractériser les agissements constitutifs de harcèlement moral, étant ici souligné que l'agent victime de ces agissements a été en mesure de fournir des preuves se concrétisant par des attestations circonstanciées confirmant ses affirmations, et que ces éléments n'ont pas pu être contredits de façon probante par la commune.

CE, 12 octobre 2016, n° 384687

Voir également l'article dédié au harcèlement moral dans la fonction publique

N'hésitez pas à contacter Me Andrieux pour toute problématique relative au harcèlement moral dans la fonction publique : formulaire de contact